Par un soir de tempête - Steve Simard
Steve Simard

Avant tout père et mari attentif et prévenant pour ceux qu’il aime, je suis un homme qui se tient en équilibre entre le rêve et la réalité, épicurien, amateur de petits plaisirs, je vous raconterai ma vie comme on déguste un bon vin qui a pris de la valeur avec les années.

Par un soir de tempête

Par un soir de tempête - Steve Simard

Alors que je voulais rentrer chez moi au plus vite, des trombes d’eau sont tombées et tous les automobilistes ont ralenti. C’était agaçant d’être coincé dans mon véhicule et de mettre trente minutes pour faire un trajet qui ne me demandait que dix minutes, habituellement. Je n’avais pas que cela à faire, rester aussi longtemps sur la route. J’étais attendu par mes enfants, et je leur avais promis que nous irions tous au restaurant. Ils souhaitaient ce moment avec impatience depuis une semaine. Malheureusement, je voyais bien qu’une sortie, par ce temps, ne serait pas très raisonnable. La visibilité était si restreinte, que le danger d’avoir un accident était bien réel. J’ai donc envoyé un message à ma conjointe, alors que j’étais complètement immobilisé suite à une collision entre deux camions. Je lui proposais de prendre un repas à emporter au restaurant italien où nous voulions dîner. 

Elle a consulté les enfants, qui ont reconnu que la tempête ne permettait pas une sortie. Je me suis arrêté quelques minutes pour prendre des mets que nous avons dégustés chez nous, bien à l’abri. Rien que le bruit du vent était impressionnant, comme je l’ai constaté quand je suis sorti de mon automobile. J’avais emballé, dans des sacs en plastique, les cartons qui contenaient notre repas. C’était le seul moyen que j’avais trouvé pour les protéger de la pluie. Dès que j’ai fermé la porte de ma maison, je me suis senti enfin protégé de la fureur des éléments. La chaleur et l’ambiance familiale continuèrent à me détendre. J’ai raconté mon trajet long et ennuyeux, ma journée intéressante et éreintante, puis j’ai dévoré ma part de pizza, comme si je n’avais pas mangé depuis deux jours.

Quand nos deux garçons furent couchés, j’ai sorti le dossier sur notre planification fiscale pour la mettre à jour. Ma conjointe s’est installée près de moi, avec ses aiguilles et sa laine. Elle tricotait une écharpe pour sa nièce, Émilie. Elle avait presque terminé le bonnet et les moufles pour la petite fille de quatre ans. Tout en lisant, je voyais les chiffres et les lettres se mélanger. Je me suis calé au fond du canapé, pour fermer les yeux quelques minutes. Ma femme m’a réveillé deux heures plus tard. Cette nuit-là, j’ai dormi d’un sommeil long et profond, comme rarement. Ce repos m’a requinqué, et j’étais dans une excellente forme dès mon réveil. C’est ce qui m’a permis d’avancer au jardin pendant toute la journée.