Mon premier roman - Steve Simard
Steve Simard

Avant tout père et mari attentif et prévenant pour ceux qu’il aime, je suis un homme qui se tient en équilibre entre le rêve et la réalité, épicurien, amateur de petits plaisirs, je vous raconterai ma vie comme on déguste un bon vin qui a pris de la valeur avec les années.

Mon premier roman

Mon premier roman - Steve Simard

Voilà. J'hésite depuis longtemps, mais c'est fini ! Après ma rencontre avec un Syndic de faillite Saint-Eustache, j'ai décidé de me lancer, je commence à écrire un roman. Il s'agit d'un vieux rêve, toujours repoussé en avant pour une chose ou pour une autre. Je suis enfin face-à-face avec l'écran, mes doigts prêts pour attaquer le clavier, et mon cerveau avec son moteur qui tourne à mille tours par minute pour produire des idées industriellement.

Ce sera une histoire d'espionnage, mon genre favori. Ce sera l'histoire d'une conspiration contre un certain pays, je ne sais pas encore lequel. Dans le cadre de cette conspiration, les services de renseignements monteront une opération pour tuer un roi ou une reine. En fait, le personnage central sera un dame de compagnie, l'histoire tournera autour d'elle, de sa routine, de son dilemme moral quant à l'acceptation d'une fortune comme récompense pour faire le « travail »...

Laissons ça là pour l'instant. Je reviendrai là-dessus plus tard. Il faut d'abord que je me renseigne un peu au sujet du personnage central. Voyons ce que Wikipédia nous dit : c'est l'assistante d'une reine ou d'une princesse, etc. Elle est noble elle-même habituellement, mais d'un rang inférieur par rapport à celui des femmes auxquelles elle assiste. Intéressant ! Je vois aussi qu'il y a des différences entre pays. Elles ne jouent, ou ne jouaient pas le même rôle en Angleterre, en France ou au Japon.

Bon, pour en revenir un peu au sujet de mon roman, je pense que la démarche est déjà bonne. Cependant, je n'arrive pas de me décider au sujet de la victime de la future opération des services de renseignements. J'ai pensé à la reine d'Angleterre. Dans ce cas-là, l'attentat pourrait être exécuté par Al-Qaeda. Non, pas ça. De plus, j'aime l'Angleterre. Et si c'était la reine ou la princesse d'un pays du Moyen-Orient ? Pourquoi pas ? Par ailleurs, l'histoire pourrait être non pas une histoire de services de renseignements, mais plutôt de jalousie, d'une princesse qui souhaite éliminer une reine pour se faire introniser...

Apparemment, je n'arrive pas de me décider. Ce n'est pourtant pas forcément un problème. Voilà pourquoi je veux bien écrire mon roman. On laisse l'imagination s'envoler et les choix sont infinis. On peut arriver à créer des milliards d'histoires.

De toute façon, je pense qu'il vaut mieux m'arrêter là pour l'instant, et faire plutôt quelques recherches plus approfondies sur les dames de compagnie, afin de compter sur plus de matériel pour la création du personnage central.

Je promets vous tenir au courant.